À PROPOS
DE LA MIGRAINE

QU’EST CE
QU’UNE MIGRAINE?

Les migraines ne sont pas que de simples maux de tête. Elles sont bien concrètes et à prendre au sérieux comme tout trouble neurologique, et leurs symptômes varient d’une personne à une autre. Et, non, toutes les migraines ne sont pas pareilles. Elles se présentent sous diverses formes dont celles accompagnées ou non d’une aura. Mentionnons également celles qui sont classées parmi les migraines épisodiques (crises qui surviennent moins de 15 jours par mois) ou les migraines chroniques (maux de tête 15 jours par mois ou plus qui répondent aux critères de migraine au moins 8 jours par mois). Si les migraines peuvent perturber la santé, le travail et la vie sociale, elles sont potentiellement maîtrisables grâce à des changements d’habitudes et aux médicaments.

Si vous croyez souffrir de migraine, consultez votre médecin. Il vous aidera à la prendre en charge.

LES MIGRAINES
SONT-ELLES RÉPANDUES?

Plus qu’on le croirait. La migraine affecte plus de 2,7 millions de Canadiens se manifeste souvent entre 30 et 49 ans et les femmes ont deux fois plus tendance à parler de leur diagnostic que les hommes.

Étant donné que chaque migraine peut différer des autres, ses répercussions varient.

26 % des Canadiens ont dit que leur migraine les avait empêchés de participer à des activités.

34 % des Canadiens ont signalé des limites à leurs perspectives de carrière.

36 % des Canadiens ont dit avoir manqué au moins une journée de travail au cours des trois mois précédents en raison de migraines.

PHASES DE
LA MIGRAINE

Les migraines comportent quatre phases distinctes qui peuvent se chevaucher : signes avant-coureurs (prodrome), l'aura, la cephalee (le mal de tête proprement dit) et le retablissement (postdrome).

Les signes avant-coureurs (prodrome)

Dans la plupart des cas, les personnes atteintes de migraine ont divers symptômes bien avant le début de la migraine. Au nombre des signes avant-coureurs, qui peuvent durer jusqu’à 72 heures, mentionnons :

  • les changements d’humeur
  • l’irritation
  • la fatigue
  • les fringales
  • les bâillements répétitifs
  • la raideur du cou
  • la sensibilité aux sons

Ces symptômes peuvent continuer au cours de la phase de l'aura.

. .

L’aura

L’aura comporte une gamme de symptômes avant-coureurs qui affecte environ un tiers des personnes atteintes de migraine. Parmi ses symptômes les plus courants, on retrouve des troubles visuels tels que les scintillements, des images en zigzag ou des taches aveugles. Au nombre des autres symptômes, mentionnons :

  • les difficultés à parler
  • les étourdissements
  • les engourdissements
  • les fourmillements

Les auras durent généralement jusqu’à une heure et parfois plus longtemps. Dans les cas graves, elles peuvent continuer pendant une bonne partie de la phase de la céphalée.

. .

La céphalée

Cette phase dure habituellement de 4 à 72 heures, et elle se caractérise par une douleur lancinante et pulsative localisée d’un côté de la tête et, parfois, des deux côtés. L’intensité de la crise, que l’activité physique accentue, va de modérée à sévère. Parmi les symptômes additionnels au cours de cette phase, on retrouve les nausées et les vomissements ainsi que la sensibilité à la lumière, aux sons et aux odeurs.

. .

Le rétablissement (postdrome)

La dernière phase de la crise migraineuse comporte des symptômes semblables aux signes avant-coureurs, soit, généralement, un épuisement, des difficultés de concentration et des raideurs au cou qui viennent boucler la boucle.

. .

Proportion de patients qui traversent chaque phase de la migraine

Source : Lignes directrices de la Canadian Headache Society (2013). Acute Drug Therapy for Migraine, Goadsby P, et al. Pathophysiology of Migraine, et Dodick DW et Silberstein SD, et al. Contemporary Neurology Series, Migraine.

QUELLES SONT LES CAUSES
DE LA MIGRAINE?

En toute honnêteté, nous ne savons pas vraiment pourquoi les migraines se produisent, mais les recherches se poursuivent. Elles ont permis de découvrir de nouvelles régions du cerveau impliquées dans la migraine, et le rôle joué par les neuropeptides pendant une crise migraineuse.

Cela dit, des déclencheurs mènent à une crise, et la plupart sont propres à chaque personne. Voici une liste des déclencheurs fréquents :

Le stress aigu et chronique

Le sommeil, qu’il s’agisse d’endormissement excessif ou d’insomnie

Les horaires irréguliers

Les fluctuations hormonales (RÉACTIONS AUX ÉCLAIRAGES VIFS, AUX GRANDS BRUITS ET AUX ODEURS FORTES)

les changements météorologiques et les facteurs environnementaux

L’activité physique

certains aliments et certaines boissons

FAITES LE SUIVI
DE VOS MIGRAINES

Plus vous en savez à propos de vos migraines, plus il sera facile d’en parler avec votre médecin. Utilisez le Journal de la migraine pour y noter comment vous vous sentez et ainsi trouver certains déclencheurs de votre migraine.

PRISE EN CHARGE
ET TRAITEMENT

Si on ne guérit pas la migraine, il existe des traitements et des techniques qui peuvent la rendre plus facile à prendre en charge.

 

Antimigraineux

Les médicaments contre la migraine se présentent sous les deux formes suivantes : préventifs et aigus.

1. Médicaments préventifs

Les traitements préventifs visent à réduire la fréquence et la sévérité des crises migraineuses.

À l’heure actuelle au Canada, il existe cinq médicaments délivrés sur ordonnance créés spécifiquement pour la prévention des crises migraineuses :

Aimovig* (érénumab) 

Botox* (onabotulinumtoxinA) 

Flunarizine * (chlorhydrate de flunarizine) 

Sandomigran * (malate hydrogéné de pizotifène)  

Topamax * (topiramate):  

Votre médecin déterminera si vous êtes un bon candidat au traitement par un de ces médicaments.

2. Traitements pour traiter la migraine aigue

Ces traitements ont pour but de soulager la douleur et les symptômes qui y sont liés tels que les nausées et la sensibilité à la lumière. Assurez-vous de prendre votre traitement pour traiter la migraine aigue dès que vous constatez le début d’une migraine.

Au nombre des traitements pour traiter la migraine aigue, mentionnons :

Les médicaments en vente libre ou les analgésiques délivrés sur ordonnance :

L'ibuprofène  

Le naproxène 

Les médicaments spécialisés contre la migraine comme :

Le succinate de sumatriptan (Imitrex*) 

Le benzoate de rizatriptan (Maxalt*) 

Malate d’almotriptan (Axert*)  

Zolmitriptan (Zomig*)  

Bromhydrate d’élétriptan (Relpax*)  

Succinate de frovatriptan (Frova*)  

Naratriptan, sous forme de chlorhydrate de naratriptan (Amerge*)  

* Toutes les marques de commerce et marques déposées sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.

Autres traitements contre la migraine

Certains ne veulent pas prendre de médicaments et c’est bien ainsi. Voici des solutions de rechange que vous pouvez envisager:

  • l’acupuncture
  • l’aromathérapie
  • la rétroaction biologique
  • la chiropractie
  • la diète
  • la phytothérapie
  • l’homéopathie
  • l’hypnose
  • l’ostéopathie
  • la réflexologie
  • la thérapie de relaxation
  • le massage thérapeutique et le yoga

lifestyle desktop

Si vous avez l’impression que votre médication actuelle ne vous permet pas de bien maîtriser vos migraines, parlez-en à votre médecin pour savoir quelles sont vos autres options.

LE CERVEAU SOUS L’EMPRISE DE LA MIGRAINE:
CE QUE NOUS RÉVÈLE LA SCIENCE

Ces dernières années, la recherche scientifique a apporté de nouvelles connaissances sur l’enchaînement complexe des évènements qui surviennent dans le cerveau pendant une migraine.

Les scientifiques médicaux croyaient que la migraine était liée à des changements affectant les vaisseaux sanguins cérébraux et qu’il s’agissait avant tout d’un trouble vasculaire. Les dernières avancées révèlent que les choses sont différentes et beaucoup plus compliquées.

« On sait maintenant que la migraine est un trouble neurologique, une maladie du cerveau et du système nerveux, » déclare Elizabeth Leroux, neurologue exerçant à Calgary. « La douleur et les autres symptômes sont le résultat d’une "tempête" chimique et électrique dans ce système. »

 

QUE SE PASSE-T-IL QUAND VOTRE CERVEAU EST EN PROIE À UNE MIGRAINE?

  • En raison de différences héréditaires, vos cellules cérébrales (neurones) peuvent être plus sensibles à des stimuli spécifiques, dont certains pourraient être les « déclencheurs » à l’origine de votre migraine.
  • Selon les individus, ces déclencheurs peuvent varier : les menstruations, le stress, les changements météorologiques, certains aliments et bien d’autres encore.
  • Sous l’effet de ces déclencheurs, les cellules nerveuses envoient des messages le long des nerfs qui arrivent au visage, aux yeux et aux sinus ou aux autres parties de la tête, et qui innervent aussi la surface du cerveau.
  • Cette activité peut libérer des substances chimiques appelées neuropeptides, qui peuvent provoquer une inflammation et un gonflement autour des zones sensibles de la tête.
  • L’une de ces substances chimiques est le peptide lié au gène de la calcitonine (neuropeptide CGRP), dont les chercheurs pensent qu’il pourrait jouer un rôle essentiel dans la migraine.
  • Comment toute cette activité cérébrale vous affecte-t-elle? Les symptômes peuvent inclure des maux de tête douloureux, pulsatiles (souvent d’un seul côté de la tête) et, éventuellement, une vision trouble, une sensibilité à la lumière, au bruit et aux odeurs, des nausées et des vomissements.

CONSULTEZ VOTRE MÉDECIN AU SUJET
DES TRAITEMENTS PRÉVENTIFS.

ic graph 3